Mario Golf World Tour

Posted on by Pinkman

Test de Mario Golf World Tour, ça swing sur 3DS
Mario Golf World Tour nous offre une approche complète à la fois réaliste et fantaisiste de ce sport sur 3DS.

 

Depuis sa première apparition dans NES Open Tournament Golf en 1991, Mario est régulièrement venu pratiquer ce sport sur les différentes générations de consoles de Nintendo et la Wii U n’a pas encore eu droit à sa version. C’est donc sur 3DS que nous arrive Mario Golf World Tour. C’est Camelot qui s’y colle et ce n’est pas le dernier venu puisque nous devons à ce studio la série des Golden Sun.

Mario Golf World Tour

Mario Golf World Tour nous propose tout ce que nous sommes en droit d’attendre d’un jeu de ce genre avec en plus, quelques petites fantaisies propres à l’univers Mario. Le jeu se scinde en deux grandes parties, le mode « Partie rapide » et le mode « Club du château ». Mais avant d’aborder plus en détail ces deux aspects du jeu, commençons par la partie didactique.

Tout est présent dans la cartouche pour nous apprendre les moindres rudiments de ce sport. Son vocabulaire si particulier est abordé via un lexique très complet. Dans le château, une zone est réservée aux entraînements pour maîtriser toutes ses subtilités (frappe de la balle, approches, putts, dénivellements de terrain, force du vent, etc.). Ceux-ci sont parfaitement intégrés au reste du jeu, en permettant d’engranger quelques pièces. L’entraînement au swing manuel permet de maîtriser plus finement ses coups grâce à un plus grand contrôle sur la trajectoire et les effets de balle. S’il se révèle un brin plus subtil, il est indispensable pour aborder correctement certaines épreuves techniques et les parcours les plus délicats. Mais Camelot a pensé à tout et la pratique du swing automatique n’est jamais un handicap. Tout est donc réuni pour que le plus néophyte des joueurs apprenne en douceur à maîtriser les principaux aspects de la discipline, et commence à tâter les premiers parcours accessibles.

Mario Golf World Tour

AU FOND DES OCÉANS

 

C’est en allant faire un tour dans le Club du château que nous allons commencer notre carrière de golfeur dans l’univers de Mario en faisant progresser notre Mii. Après avoir déterminé notre handicap – qui s’améliore au fil de nos parties – et nous être entraînés sur l’un des trois parcours initiaux proposés (Forêt, Plage et Montagne), nous pouvons attaquer les tournois et les championnats. C’est l’occasion d’engranger quelques pièces, de gagner des accessoires, et de débloquer les championnats des parcours suivants. Ces derniers viennent alors s’ajouter aux parcours accessibles en mode « Partie rapide ». La boutique du château permet d’acheter les accessoires acquis : clubs, balles, vestes, pantalons, tenues, casquettes, gants et chaussures. Certains d’entre eux viennent améliorer les caractéristiques de base de notre avatar pour obtenir un drive plus long, un meilleur contrôle, etc. Les autres se contentent de modifier l’apparence de notre Mii.

Les parcours nous proposent une difficulté croissante et, si la forêt est une promenade de santé, la Plage avec ses bunkers et ses fortes rafales de vent se révèle un peu plus technique, et la montagne, avec ses dénivelés, ses obstacles en hauteur et ses ravins est encore plus délicate à négocier. Tout est présent pour aborder au mieux chaque tracé, avec la possibilité de se déplacer sur le point d’atterrissage de la balle, de changer de vue pour bien voir le parcours, de modifier ses clubs, la puissance de sa frappe, ou la zone d’arrivée de la balle. C’est très complet, et l’essentiel de ce que peut proposer une simulation du genre, comme un « Tiger Woods », est là. Mais Camelot n’a pas oublié d’intégrer un peu de fantaisie supplémentaire avec quelques parcours spéciaux, mais limités à neuf trous au lieu des dix-huit traditionnels, ce qui est tout de même regrettable.

Le premier de ces parcours farfelus accessibles est le Jardin Peach, viennent ensuite le Lac de Yoshi, le Château de Bowser, la Jungle DK et le Lagon Cheep Cheep à débloquer. Enfin, l’île Céleste propose une épreuve particulière consistant à réussir tous ses trous en deux coups seulement. Ici, à la pratique traditionnelle du golf, s’ajoutent quelques éléments plus ou moins perturbateurs ou plus ou moins utiles avec lesquels il va falloir négocier, comme des accélérateurs présents sur le fairway et des pièces disséminés un peu partout, ce qui demande d’élaborer des trajectoires subtiles pour les récolter. Quelques objets à utiliser à bon escient s’obtiennent également comme les champignons qui augmentent la vitesse de la balle au sol, le missile qui propulse la balle en ligne droite, la fleur boomerang qui donne un effet de courbe, ou la bombe qui envoie la balle très haut avant de la faire retomber. En trouvant Kamek dans le Château du Club, nous avons droit à un vœu pour obtenir plus de pièces, changer sa main dominante, son type de swing, ou acquérir des Mulligans pour pouvoir rejouer un coup raté.

Le mode « Partie rapide » propose de s’amuser à toute une série d’épreuves, soit avec son Mii, soit avec l’un des douze personnages jouables sur les seize qu’il est possible d’avoir. Cinq types d’épreuves sont alors disponibles dans le mode « Solo » : Stroke PlayMatch PlaySpeed Golf, Jeu à points et Défis. Ce dernier est certainement le plus passionnant avec toute une série d’objectifs : récupérer toutes les pièces étoile ou frapper la balle à travers des anneaux sans dépasser le par, affronter un adversaire précis, terminer trois trous dans le temps imparti, etc. Et ce, pour chaque tracé débloqué. Il y a vraiment de quoi faire. Les quatre autres modes sont plus classiques, mais offrent tout de même toute une batterie de paramètres comme le nombre de trous (3, 6, 9 ou 18), l’ordre des trous, le trou de départ, l’imposition de clubs aléatoires, l’utilisation des objets, la présence de pièce sur le tracé, ou encore la puissance du vent. Bref, de quoi se faire plaisir rapidement, même pour une très courte session de jeu.

Mario Golf World Tour

Mario Golf World Tour est donc très complet… tout en étant incomplet. Les quatre personnages qui manquent pour achever sa collection ne sont disponibles qu’en se procurant des contenus téléchargeables, dont un prévu pour le jour même de la sortie du jeu. De nouveaux parcours seront aussi à obtenir ainsi, chacun associé à un personnage. Nintendo met ses deux pieds dans la mode de « Season pass » pour étoffer un contenu heureusement déjà bien conséquent. Si la politique de Nintendo est contestable, le jeu proposé par Camelot est tout de même d’une grande qualité.

L’esprit Mario est parfaitement respecté tout au long de tracés assez inspirés aux thématiques connues. Nous évoluons dans des environnements détaillés, riches en couleurs vives et acidulées. Le tout est égayé par de petites animations d’ambiances sympathiques et quelques effets spéciaux ponctuels agrémentant nos prestations. Cet esprit Mario est cependant parfois trop respecté, si bien qu’à termela musique devient insupportable et l’option pour la couper est la bienvenue. Malheureusement, il est impossible de supprimer les voix pour ne garder que les sons d’ambiance, si bien que les onomatopées répétées ad nauseam par les personnages sont horripilantes.

Mario Golf World Tour

Camelot maîtrise bien la gestion de la 3D de la console et le fait de jouer avec ajoute aux parcours une profondeur supplémentaire sympathique. La fonction gyroscopique pour regarder autour de soi est parfaitement anecdotique par contre. Il est également regrettable de ne pas pouvoir sauvegarder son championnat en cours et d’être obligé de terminer les dix-huit trous d’une traite. Dommage aussi de ne pas être plus récompensés lors de belles réussites de certains coups, un peu comme dans la série « Everybody’s Golf », tout ce à quoi nous avons droit ce sont les exclamations bien peu enthousiastes d’un narrateur.

Enfin, le jeu se veut ouvert sur le monde et permet d’affronter des joueurs du monde entier, sans passer par un système de code ami, sur les différents parcours débloqués ainsi que sur certaines épreuves du mode « Partie rapide ». Voilà de quoi prendre la réelle mesure de sa capacité à maîtriser ce sport sur la console. A noter qu’il est possible de s’essayer aux parcours disponibles en téléchargement dans ce mode multijoueur avant de se décider à les acquérir